Barthélémy Dias, en détention écrit au Congrès américain

L’opposant sénégalais Barthélémy Dias, condamné depuis avril 2018 à 6 mois de prison ferme pour « outrage à magistrat », a adressé un mémorandum à la commission des relations extérieures du Congrès américain dans lequel il dénonce « l’instrumentalisation » de la justice sénégalaise par le président Macky Sall pour liquider des adversaires politiques.

« Ce bref mémorandum a pour objet d’éclairer le Senat américain sur les agissements anti démocratiques, dictatoriaux et illégaux du président du Sénégal, qui instrumentalise la justice de ce pays, à sa guise, contre des adversaires politiques pour conserver son pouvoir à travers une mal gouvernance devenue insupportable », a déclaré le maire de la commune dakaroise de Mermoz Sacré-Cœur, dans une note dont APA a obtenu une copie.

En réaction à la condamnation, le 30 mars dernier, du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, à cinq ans de prison pour « escroquerie aux deniers publics », le maire de Mermoz Sacré-Cœur avait tenu des propos injurieux à l’égard des magistrats.

Il a été arrêté à la fin d’un enregistrement d’une émission avec un organe de presse en ligne, jugé puis condamné le 17 avril 2018 par le tribunal des flagrants délits de Dakar à une peine de six mois de prison ferme.

Exposant tout au long de sa lettre cette situation, Barthélémy Dias s’appuie sur des « citations » de personnalités de différents bords (politique, justice et médias) pour décrire une « mainmise du pouvoir politique d’Etat sur la Justice ».

Pour cause, le « président de la République du Sénégal, M. Macky SALL, est obnubilé par une éventuelle réélection en février/mars 2019. Depuis quelques mois, il s’emploie, avec acharnement, à écarter de la compétition future, diverses personnalités politiques qui ne sont pas ou plus de son bord en les emprisonnant sous de fallacieux prétextes », dénonce M. Dias, illustrant par son exemple et celui du maire de Dakar, Khalifa Ababacar SALL, dont il est le « principal soutien politique ».

« Sur ce, je vous saurais gré́, Messieurs et mesdames de la sous-commission sur l’Afrique des relations extérieures du SENAT (subcommittee on Africa), de bien vouloir prêter une attention particulière sur la situation politique, judiciaire, économique et électorale en cours au Sénégal, pays ami (…) (en vue d’amener ce pays à répondre) aux sacro-principes de la liberté́, de la démocratie, du respect des droits de l’homme, entre autres critères d’éligibilité́ à certains programmes de la politique extérieure américaine », a conclu Barthélémy Dias, récemment exclu du Parti socialiste (PS) avec d’autres frondeurs, dont le maire de Dakar Khalifa Sall.

Source APA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.