Toutinfo Bréves

«Le seul reproche qu’on lui fait, c’est d’avoir souhaité l’instauration de la charia au sénégal»

Durant sa plaidoirie hier à la barre de la chambre criminelle spéciale, Me Mounir ballal explique la détention de son client, imam aliou ndao, par son souhait de voir l’instaura- tion de la charia au sénégal. ce qui est en porte-à-faux avec les actes posés par son client.
Me Mounir Ballal, un des conseils d’Imam Aliou Ndao, s’est évertué hier à déconstruire l’accusation qui a valu à son client plus de deux ans de détention pour des faits présumés de terrorisme. En voulant coûte que coûte imputer une infraction à Imam Ndao, clame l’avocat, les enquêteurs ont fait montre de beaucoup de sub- jectivité dans le procès-verbal du 27 octobre 2015. «Le seul reproche qu’on lui fait aujourd’hui, c’est d’avoir le sou- hait de voir un jour la Charia appliquée dans son pays. D’aucuns pensent qu’il est assez acerbe et tranchant sur l’applica- tion de la Charia. Libre à lui de penser ce qu’il veut de la Charia, le délit d’opinion n’existe pas dans notre pays ; la liberté d’ex- pression est un droit consacré par notre loi fondamentale. Cependant, même s’il a confirmé sa position pour l’instauration de la Charia, il dit opter pour le débat d’idées et non la guerre», souligne Me Ballal qui rapporte une confi- dence faite par son client et dans
laquelle il soutenait : «Si la charia devait s’installer au Sénégal, je ne l’envisage que par le dialogue». Me Mounir Ballal ne voit pas en quoi les propos de son client pourraient relever de l’apologie du terrorisme. Le plaideur pour- suit que «la détention de vidéos, de fichiers et de documents rela- tifs au groupe Etat Islamique, sur ses entrainements et la manière dont il traite ses ennemis et ses captifs ne peut être considérée comme apologie du terrorisme. Ce dernier s’est également attelé à démonter le délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et le crime d’acte de terrorisme collés à son client. «L’accusation n’a jamais dit quand, où et comment l’accusé s’est concerté avec qui que ce soit dans le groupe, pour constituer une association de malfaiteurs».
Alors que Imam Ndao et ses co- détenus sont accusés d’avoir pla- nifié, chacun en ce qui le concerne, l’installation d’un état islamique en Casamance ou à Kédougou, Me Mounir Ballal parle d’une motivation laconique qui ne repose que sur une simple supposition. «Les groupes terro- ristes ne s’implantent pas n’im- porte où. Je ne crois pas que la Casamance serait propice à cette cellule djihadiste, c’est une zone déjà tourmentée, et le dernier endroit où l’Etat Islamique envi-
sagerait d’installer une wilaya. Leurs lieux d’implantation sont des zones désertiques ou monta- gneuses. De plus, ils se déplacent constamment», signale l’avocat. Par ailleurs, le conseil estime que le simple fait d’être en possession de l’argent n’établit pas la culpa- bilité d’une personne et ne per- met pas d’asseoir le crime de blanchiment de capitaux. Me Ballal fait ainsi allusion à la somme de 25.000 euros que l’ac- cusé Ibrahima Diallo avait confié à l’Imam Ndao. Pour la robe noire, son client n’avait pas besoin de s’interroger sur le caractère licite ou illicite de l’ar- gent qui lui a été confié. N’empêche, dit le plaideur, «dès que Coumba Niang (épouse de Matar Diokhané) lui a révélé l’ori- gine de l’argent, l’imam s’était décidé à le restituer ; ce qu’il aurait fait n’eut été son arresta- tion». L’avocat trouve que cette attitude devrait conforter la bonne foi de son client.
Par ailleurs, Me Ballal a fustigé l’immixtion des Etats-Unis dans le dossier. A l’en croire, l’ambassa- deur des Etats-Unis avait demandé que la liste des accusés lui soit remise. Cela démontre, selon lui, la mainmise du pays de l’oncle Sam dans ce dossier. Cependant, il se réjouit du fait que l’Etat du Sénégal n’aie pas accédé à cette demande.
Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.