« Le moment est venu de mettre les diasporas au cœur du co-développement euro-africain »

Nous sommes d’origines malienne, algérienne, congolaise, ivoirienne, béninoise, marocaine, sénégalaise, tunisienne, togolaise… Nous sommes aussi Européens, de cœur, d’adoption ou de naissance, selon les générations auxquelles nous appartenons. Nos familles sont présentes en France depuis deux ou trois générations – voire plus –, venues ici  construire une nouvelle vie, plutôt par nécessité que par choix. Les rapports historiques entre nos pays d’origine et la France ont façonné nos parcours migratoires.

Un collectif de personnalités estime que les « appartenances identitaires multiples » sont un atout pour accélérer l’intégration économique des deux continents. Avec 8,5 millions de personnes réparties dans toute l’Europe, dont 3,5 millions en France, nous représentons un potentiel humain et économique hors du commun. Parce que nous avons grandi un pied ici, un pied là-bas, nous sommes empreints d’une double culture qui caractérise nos appartenances identitaires multiples, européennes et africaines : un atout pour relier  nos deux mondes et mettre en commun des représentations de valeurs solidaires.

Or aujourd’hui, l’Afrique et l’Europe, pour de multiples raisons, ont besoin de mobiliser  leurs diasporas : nous sommes prêts à répondre  à cet appel. Nous sommes prêts à nous  organiser  pour l’intégration des deux continents.

L’Afrique avance et n’attend pas

D’un côté l’Afrique, continent hyperconnecté, aux potentialités énormes et confronté aux défis de l’avenir, est sous le feu des projecteurs. Les nouvelles technologies, notamment Internet et les réseaux sociaux, ont désenclavé les populations, y compris rurales. Une majorité d’Africains seront urbains d’ici à 2035, avec plus d’un milliard de personnes qui devraient  gagner  les villes, selon plusieurs études.

L’Afrique avance et n’attend pas. Nous, membres des diasporas africaines, y contribuons pleinement en créant les transitions et les intermédiations économiques et financières utiles à son dynamisme.

Le MondeAfrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.