REVOLTES DANS LES UNIVERSITES Thierno Madani Tall demande à l’Etat de prendre ses responsabilités

Au moment où la tension est toujours vive à l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint Louis, le marabout de la famille Omarienne, Thierno Madani Tall, a pris son bâton de pèlerin pour appeler au calme. jugeant légitimes les revendications des étudiants, le marabout demande à ces derniers de se montrer compréhensifs et invite les autorités à prendre leurs responsabilités.

La grande prière du vendredi a été saisie hier par Thierno Madani Tall pour se prononcer les révoltes qui secouent les universités du pays après la mort de l’étudiant Fallou Sène tué par balle lors d’affrontements entre étudiants et forces de l’ordre à l’Ugb. Alors que les fidèles venus prier à la mosquée omarienne en train de se disperser, le marabout a tenu à prêcher la bonne parole après avoir fini de formuler des prières. En citant des versets tirés du saint Coran, il a rappelé aux populations le danger qui consiste à attiser le feu. D’autant que, selon lui, les dégâts collaté- raux peuvent être multiples et toucher des personnes étrangères au conflit. «Les revendications des étudiants sont très légitimes. Si les étudiants ne perçoivent pas leurs bourses avec lesquelles ils subviennent à leurs besoins, ils ont parfaitement le droit d’aller en grève», déclare le khalife de la famille de Thierno Mountaga Tall. Autant ils ont le droit d’aller en grève, indique Thierno Madani Tall, autant les étudiants doivent se montrer compréhensifs et pacifiques. Quant à l’Etat, il est tenu, selon le marabout, de prendre ses responsabilités et de payer les bourses à temps afin d’éviter tout heurt. Les étudiants comme l’Etat doivent privilégier le dialogue, selon Thierno Madani Tall qui cite en exemple les populations d’Europe, d’Asie et d’Amérique qui revendiquent dans le calme et de manière pacifique. «Même s’ils ne sont pas encadrés, ils s’organisent afin de ne rien casser sur leur itinéraire», dit-il avant de demande aux autorités de privilé- gier la discussion pour gérer la situation. Regrettant profondé- ment la mort de l’étudiant Fallou Sène, Thierno Madani Tall pense que l’heure est venue de sortir de «l’ignorance, de la pauvreté et du retard dans lesquels nous vivons».

 

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.