Dopage : L’AMA vise le laboratoire de Bucarest

lors que le monde du sport est encore secoué par l’affaire qui a mis la Russie au ban des Jeux Olympiques, la Roumanie est à son tour dans l’œil du cyclone. L’Agence Mondiale Antidopage, suite à la suspension du laboratoire de Bucarest, a annoncé que ce dernier a couvert à plusieurs reprises des sportifs roumains ayant été contrôlés positifs. « Nous avons interrogé onze personnes du laboratoire, saisi et réanalysé des centaines d’échantillons d’urine et de sang, examiné des courriels, assure Günter Younger, responsable du service d’enquêtes de l’AMA. Nous avons pu établir des preuves confirmant ces manipulations et ses principaux acteurs dans le laboratoire ont été identifiés. » Avant ces révélations, le laboratoire de Bucarest a été suspendu le 29 novembre dernier car les soupçons se sont multipliés.

Des fausses déclarations par le directeur du laboratoire de Bucarest

Cette enquête a été lancée suite à une fuite d’informations indiquant que le laboratoire de Bucarest avait déclaré négatifs des contrôles antidopage où des traces d’un produit masquant faisant parti des substances interdites, le furosémide, avaient été trouvées. Prévenue par ces fuites, l’Agence Mondiale Antidopage avait alors diligenté une visite inopinée durant laquelle les échantillons incriminés ont été saisis. Le hic, c’est que Valentin Pop, directeur du laboratoire, avait dans la foulée modifié les résultats du contrôle dans le système ADAMS pour refléter le résultat positif des tests. « J’étais très occupé, je n’avais pas fait assez attention à la mention que j’avais reportée », a laconiquement déclaré le directeur aux enquêteurs de l’AMA. Un nouveau scandale qui montre que la lutte antidopage sera sans fin et que le système n’est pas encore totalement infaillible.

Source Orange Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.