« Ce que Imam Ndao reproche aux tidjanes, mourides… »

Le procès pour terrorisme a repris ce lundi avec la poursuite de l’audition de l’imam Alioune Ndao, entamée la semaine dernière. Présenté dans le procès-verbal de l’enquête préliminaire comme très critique vis-à-vis des confréries religieuses sénégalaises, ce dernier a balayé les accusations à la barre.

« Je suis pour la cohabitation pacifique des religions, dans le respect mutuel, jure-t-il. J’ai préféré être un sunnite, mais dans mes prêches j’ai toujours demandé aux fidèles, tidjanes, mourides, layènes, etc. de se conformer aux recommandations de leurs guides respectifs. De mon point de vue, c’est ce qui favorisera notre unité à tous. »

L’imam Ndao admet cependant être contre les prières formulées par les fidèles des confréries religieuses sénégalaises sur les tombes de leurs marabouts. « Le Prophète Mohamed recommande de se recueillir sur une sépulture. Seulement, l’on doit prier pour le défunt et non le solliciter dans des prières », corrige-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.