Scandale Facebook : Mark Zuckerberg face aux commissions du sénat et la chambre des représentants

FILE PHOTO: Facebook Founder and CEO Mark Zuckerberg speaks on stage during the annual Facebook F8 developers conference in San Jose, California, U.S., April 18, 2017. REUTERS/Stephen Lam/File Photo

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, va devoir s’expliquer sur le scandale de l’exploitation des données personnelles des utilisateurs à des fins politiques ou commerciales. Cela devant une commission du Sénat ce mardi 10 avril puis devant une commission de la Chambre des représentants mercredi. En prévision, le groupe a annoncé des mesures de renforcement des contrôles.

Après s’être répandu en excuses, le fondateur de Facebook a jugé opportun d’annoncer des mesures concrètes avant de comparaitre devant des parlementaires qui l’attendent de pied ferme.

Les membres du Congrès veulent savoir comment les données de 87 millions d’utilisateurs américains du réseau social, et potentiellement deux millions et demi d’Européens, ont pu, à leur insu, être utilisées dans des buts de manipulation politique ou commerciale.

En cause, les activités de l’entreprise britannique Cambridge Analytica, spécialiste de l’influence politique et réputée proche de Donald Trump. A cela s’ajoutent les accusations de fausses informations d’une agence soupçonnée d’être liée au pouvoir russe pendant la dernière campagne présidentielle américaine.

Facebook vient également d’annoncer la suspension de l’entreprise CubeYou axée sur l’exploitation commerciale des données personnelles.

Mark Zuckerberg promet de remédier rapidement à ces scandales. Mais les parlementaires américains penchent de plus en plus pour une régulation légale, estimant que l’autodiscipline du secteur pourrait bien ne pas suffire.

Rfi