PROJET DE LOI SUR LE PARRAINAGE : La Cos/M23 peaufine un 23 juin bis

Le président de la Commission d’orientation et stratégies Cos/M 23 et initiateur de la plateforme penccum askan Wi, (assemblée du peuple), abdourahmane Sow veut une unification des forces de l’opposition pour faire face au régime de Macky Sall. Il l’a fait savoir, hier, au cours d’une conférence de presse tenue dans les locaux du parti Bokk guiss guiss.

Porter certaines préoccupations comme la question du parrainage des candidats à la présidentielle et l’emprisonnement d’adversaires politiques, c’est la volonté de la commission orientations et stratégies Cos/M23 qui a lancé, hier, une plateforme démocratique pour lutter contre les «dérives» du régime en place. Ce, à travers une opération dénommée «Ninki Nanka» qui consiste à regrouper différentes organisations «victimes de la dictature et des forfaitures du président Macky Sall». Pour l’initiateur de ladite plateforme, Abdourahmane Sow, «l’opération Ninki Nanka consiste à inviter l’électorat populaire autour d’une plateforme pour qu’ensemble une synergie puisse être créée avec les forces politiques et citoyennes afin de faire face à cette forfaiture lors du passage du projet de loi portant sur le parrainage au niveau de l’Assemblée nationale». Il considère, en effet, que cette loi est une toupille qui va faire couler le bateau de la démocratie sénégalaise.

Rendez-vous devant L’assemblée nationale 

S’agissant du jour du passage de la loi concernant le parrainage le président du Cos/M23 met en garde le régime actuel. «Notre plan consiste à donner rendezvous aux Sénégalais, à l’Assemblée nationale le jour du passage du projet de loi. Aujourd’hui, le maire Barthélémy Dias est entre les mains d’une justice téléguidée, le camarade Khalifa Sall est emprisonné alors que tout autour du président de la République, il y a des justiciables qui ont englouti des centaines de milliards de ce pays et qui ne sont pas inquiétés du simple fait qu’ils sont auprès du président de la République». Quelle que soit la manière, dit-il «nous prenons rendez-vous avec le président de la République pour lui dire que cette loi ne passera pas», martèle avec assurance Abdourahmane Sow. Il rappelle au chef de l’Etat que lorsqu’il subissait l’injustice de l’ancien régime, c’est eux qui l’ont soutenu. Donc, il trouve anormal qu’il (le Président Macky Sall, Ndlr) soit en train de fouler aux pieds les principes pour lesquelles ils avaient porté le combat de la démocratie. Le même peuple qui était-là pour le soutenir, avertit Sow, sera là pour se dresser contre lui et ce, dit-il, quoi qu’il fasse. Poursuivant son argumentaire, le Président de la Cos/M23 a dénoncé par la même occasion ce qu’il appelle le «silence coupable» des autorités religieuses. Il tient, en effet, ces derniers, comme responsables de tout ce qui pourra advenir les jours à venir. Selon lui, les autorités religieuses n’ont pas le droit de s’emmurer dans un silence assourdissant alors que le Président Macky Sall est en train de prendre en otage le pays. «Les autorités religieuses comme coutumières ont l’obligation d’élever la voix pour rappeler à l’ordre Macky Sall et son régime. Ils n’ont pas droit au silence car si le pays brûle tout le monde en payera les frais», avertit Abdourahmane Sow.

Toutinfo