MALGRE LA PROPOSITION DU CHEF DE L’ETAT Le Saemss annonce une série de grèves la semaine prochaine

Malgré l’intervention du chef de l’etat, le différend concernant l’indemnité de logement persiste. Le Saemss nie avoir trouvé un accord avec le pré- sident de la république et maintient le 6ème plan d’actions du G6.

Le Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal (Saemss) a annoncé une série de grèves et un débrayage cette semaine. Saourou Sène et ses camarades entendent mettre en œuvre le 6ème plan d’actions adopté au niveau du G6 qui regroupe le Saemss lui-même ainsi que d’autres syndicats comme le Cusems, le Sels, le Sels/A, l’Uden et le Snelas/Fc. Joint par «L’As», hier, le Secrétaire national à la presse et à la communication du Saemss, Tamsir Bakhoum a renseigné que le mot d’ordre est toujours maintenu. Ainsi, il est prévu : un débrayage suivi d’une Assemblée générale le mercredi 11 avril ; une grève totale suivie d’une marche nationale à Ziguinchor, le jeudi 12 avril et enfin une grève totale le vendredi 13 avril. Selon Tamsir Bakhoum, « on parle çà et là d’accords trouvés entre syndicats et gouvernement alors que ce n’est pas le cas». Il demande de ce fait aux enseignants affiliés à son syndicat de rester vigilants et de suivre à la lettre les recommandations du bureau exécutif national, non sans se désoler «des ponctions opérées sur les salaires de certains enseignants sans aucune justification». Il faut dire que le chef de l’Etat avait annoncé lors du traditionnel message adressé à la Nation mardi, que l’indemnité de logement des enseignants sera porté de 60 000 à 85 000 FCFA soit une augmentation de 25.000 F CFA dont 15.000 payables à compter du 1er octobre 2018, et 10.000 à compter du 1er janvier 2019. Mais le Saemss précise que lors des négociations entre les syndicats et le chef de l’Etat, ce dernier avait demandé au G6 de suspendre son mot d’ordre. Ce qui n’a pas été suivi d’effet, d’après Tamsir Bakhoum, puisque les plénipotentiaires ont invoqué la nécessité de consulter leurs bases respectives avant une quelconque décision dans ce sens. Selon toujours le Secrétaire national à la presse du Saemss, les syndicats d’enseignants ont été surpris d’entendre le président de la République dire que des accords ont été trouvés. De ce fait, il pense que le gouvernement tente de semer la discorde dans l’esprit des enseignants. Et pour remobiliser les troupes et se fixer une direction, Monsieur Bakhoum informe qu’aujourd’hui (samedi 7 avril 2018), l’ensemble des Secrétaires généraux départementaux du Saems ainsi que les membres du bureau exécutif national vont se réunir au centre Confucius de l’Ucad 2 pour se concerter et évaluer en toute responsabilité la proposition faite par le président de la République. Il va s’agir en même temps, dit-il, de dégager des perspectives par rapport à la suite qui devra être donnée à leur plan d’actions. Ainsi, il explique qu’au retour des fêtes, les Secrétaires géné- raux devront réunir les militants à la base pour leur donner la parole et recueillir leur avis sur la proposition du chef de l’Etat. «Et les procès-verbaux découlant de ces réunions seront examinés pour enfin décider de la démarche à adopter. Donc, il va s’agir de faire des propositions et de remonter les conclusions des PV avant qu’une synthèse ne soit faite au niveau national», a déclaré Tamsir Bakhoum. A la question de savoir ce que le Saemss propose réellement étant donné qu’il juge insuffisants les montants annoncés par le Président Macky Sall, Tamsir Bakhoum de répondre : « Le Saemss réclame une augmentation substantielle de l’indemnité de logement. Donc, l’indemnité de logement ne peut pas être moins de 100 mille francs. Et si c’est le cas, son application doit être immédiate évidemment après les consultations suivies d’accords des enseignants à la base».

Toutinfo