Toutinfo Bréves

ENLEVEMENTS D’ENFANTS ET INSÉCURITÉS: Dakar et sa banlieue sous vidéosurveillance

Le président de la république compte prendre le phénomène de rapts d’enfants et autres crimes abjects à bras le corps. ainsi, outre la construction prochaine de 16 commissariats de police, le président de la république a annoncé lors de son message à la nation,l’installation de vidéosurveillances à dakar et dans la banlieue. une occasion également de revenir sur la délégation à l’entreprenariat rapide (der) qui est dans sa phase active, mais aussi la grève des enseignants et des médecins pour rappeler les efforts consentis par le gouvernement en faveur de ces secteurs.

Le chef de l’Etat a sacrifié à la tradition avec son adresse à la Nation en cette veille de la célébration du 58e anniversaire de l’indépendance du Sénégal dont le thème est «contribution des Forces de défense et de sécurité à la paix et à la sécurité internationales». Dans son allocution, le président de la République a beaucoup insisté sur la question sécuritaire, notamment avec les rapts des enfants. «Ces derniers temps, des crimes et rapts abominables ont été commis sur des enfants. Ces actes ignobles constituent une grave offense à nos valeurs et traditions», rappelle le président Macky Sall, avant d’indiquer que, «les services de l’Etat restent mobilisés pour que les auteurs et complices de ces crimes abjects soient retrouvés et traduits devant la justice». En attendant, le président renseigne que le programme de retrait des enfants de la rue se poursuit avec vigueur. En effet, ces rapts et autres crimes constatés sont liés à la sécurité du territoire nationale. Et, sur ce point, le chef de l’Etat annonce que des efforts sont consentis par le gouvernement pour la construction de 16 commissariats de police en 2018- 2019 à Rufisque, Thiaroye, Keur Massar, Zac Mbao, Sicap Mbao, Parcelles-Assainies, Yeumbeul, Diamaguène, Hann Mariste, Nioro du Rip, Koungheul, Bignona, Vélingara, Kanel et Touba. Dans cette logique, le chef de l’Etat a décidé de faciliter le travail des limiers avec l’installation de vidéosurveillances aussi bien à Dakar que dans sa banlieue. «Le programme de modernisation des moyens opérationnels de la Brigade d’Intervention Polyvalente (Bip) et de la Police technique et scientifique, sera renforcé, y compris par l’installation de vidéosurveillances à Dakar et dans la banlieue», révèle le président Sall qui annonce par ailleurs la construction de dix nouvelles brigades de gendarmerie et le recrutement de 3800 élèves-officiers sur trois ans. Mais également l’érection de 20 nouvelles casernes de sapeurs-pompiers dans 11 départements du Sénégal pour, dit-il, une meilleure protection de proximité. Pour autant, il en appelle également, au-delà de la mission régalienne de l’Etat, à l’implication de tous. «Tous, ensemble, parents, familles et communautés, nous devons assumer nos propres responsabilités de vigilance et de protection de nos enfants», martèle le président de la République. En dehors du territoire national, les forces de défense et de sécurité sont également mobilisées au service de l’Afrique et de la communauté internationale. «Au soutien de notre diplomatie de paix, notre pays est aujourd’hui le premier contributeur de troupes de la Cedeao et le 7e des Nations Unies, avec près de 4000 soldats, hommes et femmes, aujourd’hui déployés dans six théâtres d’opération», se réjouit le chef de l’Etat.

la Der dans sa phase active

Ce message à la Nation a aussi été une occasion pour le chef de l’Etat de se réjouir de son dernier mécanisme de financement qui, annonce-t-il, est entré dans sa phase active. Il s’agit de la Délégation générale à l’Entreprenariat rapide des Jeunes et des Femmes (Der), doté d’un fonds initial de 30 milliards francs Cfa. «La Der a été créée pour soutenir les initiatives d’entreprenariat et d’auto emploi des jeunes et des femmes, en répondant aux exigences de transparence de diligence et d’efficacité.A chaque talent, à chaque projet viable, l’Etat veut donner une chance de succès», renchérit le président Macky Sall. Ainsi, la Der dans sa phase pilote, souligne le chef de l’Etat, va financer à hauteur de deux milliards le secteur de la pêche. Dans cette dynamique, un montant d’un milliard sera alloué aux jeunes promoteurs de startup suivant les conclusions du premier forum numérique. La Der va également mobiliser 500 millions pour appuyer des projets spécifiques des femmes. «Ces efforts de création d’activités génératrices de revenus en faveur des jeunes et des femmes s’ajoutent à ceux déjà engagés avec la phase pilote du projet Formation-écoleentreprise. Grâce à une mobilisation plus accrue de l’entreprise, c’est finalement 25 000 jeunes, au lieu des 10 000 initialement prévus, que nous préparons, sur une période de trois ans, à intégrer le marché de travail», rappelle le président Macky Sall.

Les enseignants invités à reprendre les cours

La grève des enseignants et des médecins n’a pas été non plus occultée par le chef de l’Etat qui fait remarquer que «d’importants efforts» ont été consentis par le gouvernement en faveur de ces secteurs en cette année sociale. Dans ce cadre, s’inscrit, dit-il, la généralisation du système de retraite complémentaire des professeurs d’université. «J’ai décidé de la revalorisation de l’indemnité de logement allouée à tous les enseignants du pays, de 60.000 Cfa à 85.000 Cfa ; soit une augmentation de 25.000 Cfa, dont 15.000 payables à compter du 1er octobre 2018, et 10.000 à compter du 1er janvier 2019. De même, le traitement des professeurs et maîtres contractuels sera revalorisé à hauteur de 10.000 Cfa», indique-t-il, avant de rappeler que la communauté éducative reste au cœur de ses préoccupations. A l’en croire, «l’école publique est la seule garante de l’égal accès de tous les enfants, quelles que soient leurs origines sociales, à l’éducation et à la formation, donnant la chance à chacun de réaliser son rêve». Ce qui lui fait dire que le gouvernement va assurer le suivi permanent des engagements déjà consentis. Par conséquent, il invite les partenaires sociaux à reprendre les cours pour une année scolaire stabilisée. Quant au secteur de la Santé, le chef de l’Etat est revenu sur les accords consentis portant notamment sur la «création d’une indemnité de représentation médicale, et le relèvement de l’âge de départ à la retraite de 60 à 65 ans, pour les médecins». Ce n’est pas tout, car les modalités d’extension de cette mesure aux médecins employés par les Collectivités locales sont en train d’être étudiés par le Conseil supérieur de la fonction publique.

Rester dans le temps du travail et de l’action

Par ailleurs, le président Sall est d’avis que la liberté et l’indépendance ont un prix. «Les Nations les plus libres et les plus indépendantes sont celles qui construisent leur autonomie et maîtrisent leur destin par leurs propres dynamiques internes. En héritant d’une indépendance que nos anciens ont revendiquée à leurs risques et périls, nous sommes redevables d’un legs que nous devons transmettre aux générations futures. Notre devoir, c’est de consolider l’indépendance par le développement qui la nourrit et l’entretient. Autrement, elle devient un rêve de liberté plus désincarnée que pleinement vécue et assumée», indique le chef de l’Etat, avant d’ajouter : «Nous avons la responsabilité de léguer aux générations futures un pays libéré du besoin, par un effort individuel et collectif sur nous-mêmes. C’est ce qui me motive, avec le gouvernement, à rester dans le temps du travail et de l’action, en écoutant battre tout le cœur du Sénégal; le cœur de nos villes et de nos campagnes, afin de poursuivre sans relâche la réalisation de notre objectif commun : bâtir un Sénégal uni et prospère, dans la paix, la solidarité, l’équité et la justice sociale : le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous», conclut le président de la République.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.