Toutinfo Bréves

CARTES SUR TABLES : « OSONS R VER »

La précampagne électorale est lancée. Mouvements de soutien, journée internationale du 8 mars consacrée à la femme, présentation de condoléances, tout est mis en œuvre par le Président Macky Sall, candidat à sa propre réélection, pour s’assurer le maximum d’atouts. Le 24 février 2019, c’est dans 50 semaines, mais c’est si proche. Idrissa Seck, candidat deux fois malheureux (2007 et 2012), l’a si bien compris qu’il fait feu de tout bois. Abdoul Mbaye, autre ancien Premier ministre et ex-allié et Ousmane Sonko ne sont pas en reste. Plus l’échéance du 24 février va approcher, plus les charges seront virulentes, guerrières voire personnelles. Humainement, il est difficilement admissible pour Idrissa Seck, ancien «patron» de Macky Sall de 2000 à 2004, de l’accepter comme Président de la République. Et pourtant, lui, qui est si féru de Coran, devrait faire preuve de grandeur d’âme en acceptant la volonté divine. Malheureusement, son discours charrie souvent la vanité et la haine. Quant à Abdoul Mbaye, il semble avoir du mal à transcender le goût d’inachevé qui s’attache à ses dix-sept mois passés à la tête du Gouvernement et interrompus de façon inattendue. Le «seul tort» de Macky Sall : lui avoir fait goûter les délices du pouvoir étatique! Troisième élément du pôle de la virulence, l’inspecteur des impôts et domaines Ousmane Sonko, acceptera difficilement d’avoir été radié de la Fonction publique. Avec l’ancien ministre Thierno Alassane Sall sur les flancs, le pilonnage du Président sortant sera de règle. Plus d’élévation du débat politique aiderait les Sénégalais à faire preuve de discernement et à choisir en toute intelligence. En attendant, c’est la précampagne de la Coupe du monde de football prévue en Russie du 14 mai au 15 juillet qui a polarisé toutes les attentions hier. L’arrivée de la Coupe pour la deuxième fois au Sénégal fait fantasmer et rêver les Sénégalais, à commencer par le premier d’entre nous. Pour le chef de l’Etat, «sky is the limit»(le ciel est la limite). Comme un rêve est illimité et libre, imaginons un seul instant les conséquences d’un triomphe des Lions au soir de la finale du 15 juillet à Moscou !

Mamadou Thierno Talla Directeur de publication

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.