NDONGO NDIAYE, CONSEILLER DU PRESIDENT EN CHARGE DES SPORTS ET DE LA JEUNESSE: « Les sorties de Idrissa Seck constituent une distraction pour le peuple sénégalais ».

Conseiller spécial du chef de l’Etat en charge des Sports et de la Jeunesse, Ndongo Ndiaye qui milite au sein de l’alliance pour la république (apr) de touba est ulcéré par les querelles intestines qui minent son parti. a moins d’un an de la présidentielle de 2019, il invite ses camarades de parti à l’unité, vante le bilan de macky Sall qu’il juge élogieux, et tire à bout portant sur l’opposition notamment le leader de rewmi, idrissa Seck. Entretien

Depuis quelques temps, les guerres de tendance au sein de l’alliance pour la république se sont exacerbées et les frustrations sont nombreuses. a 11 mois de la présidentielle, n’avez-vous pas quelques craintes quant à la réélection de macky Sall ?

Je pense que ces dissensions ne sont pas souhaitables, mais elles ne peuvent pas masquer le bilan positif du président de la République qu’on pourrait qualifier de révolution. Le Président Macky Sall a fait beaucoup de réalisations. Sur tous les plans, son bilan est éloquent. En attestent les nombreux programmes qu’il a mis en place dans le secteur de la pêche, de l’élevage, de l’agriculture, du social et dans d’autres domaines. On peut citer le Pudc, le Puma, la Cmu ou encore la Dfrj. Pour toutes ces raisons, nous n’accepterons pas de nous laisser distraire par des querelles intestines et les attaques d’une opposition pué- rile qui fait tout pour qu’on ne parle pas de bilan. Cette opposition veut cacher au peuple les réalisations du Président Macky Sall. Il nous appartient à nous responsables de Benno Bokk Yakaar de rétablir la vérité et d’insister sur le bilan fabuleux du Président Macky Sall. au sein de l’apr, de nombreuses voix s’élèvent pour décrier le fonctionnement du parti.

Etes-vous en phase avec la manière dont le parti est géré ?

Le fonctionnement de l’Apr ne peut pas être parfait, parce que le parti est un bébé qui a grandi rapidement. Personnellement, je dirai que nous tous sommes frustrés. Cependant, ces frustrations ne doivent en aucun cas nous pousser à commettre des actes désespérés. Nous devons revenir à la raison et comprendre que ce n’est pas l’heure de régler les problèmes internes de l’Apr. Nous aurons tout le temps de le faire. Aujourd’hui, le seul combat qui vaille, c’est la réélection de Macky Sall à la prochaine présidentielle. Il nous a donné un bilan à défendre. Maintenant, il ne reste qu’à aller dans tous les coins et recoins du pays pour défendre son bilan.

Parlez-nous des raisons de vos frustrations ?

Je ne veux pas revenir sur les frustrations politiques, parce que ce n’est pas le plus important en ce moment. Ce qui est essentiel, ce sont les réalisations du chef de l’Etat qui s’est beaucoup investi pour un mieux-être des Sénégalais. On n’a pas besoin de s’attarder sur des détails. Ce n’est ni le moment, ni le lieu de réveiller de vieilles blessures ou faire dans la distraction. Qu’on se focalise sur le match de février 2019. la crEi a prononcé un non lieu total en faveur de aida Ndiongue.

Que pensez-vous de cette décision après toutes les accusations que votre régime a portées sur l’ancienne sénatrice libérale ?

Nous disons juste que la justice a rendu un verdict qu’elle a jugé normal. Au Sénégal, nous avons un système judiciaire organisé. Aujourd’hui, les partisans de Aida Ndiongue peuvent crier victoire, mais hier lorsque la CREI l’accusait, ils soutenaient que cette juridiction fait dans l’acharnement. Pourtant, elle vient de prononcer une décision favorable à Aïda Ndiongue. Ce qui est constant, c’est que nous avons une justice juste, fiable, libre et indépendante. Par conséquent, je ne suis pas étonné que Mme Aïda Ndiongue recouvre la liberté. Ceci étant, je ne commente jamais des décisions de justice. Cependant, nous devons retenir que le ministre de la Justice, Pr Ismaëla Madior Fall, a rappelé l’arrêt de la Cour Suprême qui condamne Me Aïda Ndiongue pour détournement de deniers publics.

L’opposition demande le départ de Aly Ngouille Ndiaye du ministère de l’Intérieur, car, ce dernier, dit-elle, prévoit truquer les prochaines élections On risque d’aller vers des tensions?

C’est juste de la distraction. L’opposition doit comprendre que les populations attendent d’elle propositions concrètes et ce qu’elle compte mettre sur la table face au bilan élogieux du Président Macky Sall. Nous avons un bilan clair, net et précis sur lequel l’opposition ne veut pas débattre. Le Sénégal est un pays de droit et une démocratie achevée. Par conséquent, ce n’est pas en 2019 que nous allons frauder les élections et rompre avec cette belle pratique de la démocratie. Macky Sall va battre l’opposition comme d’habitude. Les déclarations de l’opposition sont à ranger dans le registre des distractions. Le système électoral sénégalais est tellement rodé que quel que soit le ministre de l’intérieur en place, il ne peut pas y avoir de fraude. En plus, les élections sont été gérées par l’administration.

Mais pour dissiper toute idée de suspicion et apaiser le landerneau politique, ne serait-il pas judicieux de nommer une personnalité indépendante pour l’organisation des élections surtout que les propos de Aly Ngouille Ndiaye ne participent pas à rassurer ?

Je suis un démocrate, croyant aux valeurs républicaines de notre belle nation, le Sénégal. Les propos de Aly Ngouille Ndiaye ont été sortis de leur contexte. Aly Ngouille Ndiaye qui est maire et responsable politique de Linguère s’adressait à se militants. Ceci étant dit, l’opposition ne peut pas nous imposer un ministre de l’Intérieur. Le Président Macky Sall est la seule personne habilitée à nommer un ministre de l’Intérieur. C’est son droit constitutionnel et il faut le lui reconnaître. A mon avis, l’opposition veut les populations avec cette question. Je l’invite à parler du bilan du Président Macky Sall et à dire ce qu’elle compte faire pour améliorer la vie des Sénégalais. Nos adversaires vont tout faire pour distraire les Sénégalais, mais nous ne l’accepterons pas.

Idrissa Seck a repris du poil de la bête. Ses tournées à l’intérieur du pays sont épiées et ses sorties font perdre aux apéristes leur sérénité. Pourquoi idrissa Seck fait-il autant peur aux responsables de l’apr ?

Idrissa Seck ne peut pas nous faire peur. Il a été battu à tous les niveaux par le Président Macky Sall qui a été meilleur ministre, meilleur Premier ministre. Depuis 2012, il a été battu à toutes les élections. Et en 2019, il sera battu par Macky Sall. Les sorties de Idrissa Seck constituent une distraction pour le peuple sénégalais. Il pense tromper le peuple, mais il se trompe lourdement.

Vous militez à Touba où, depuis 2012, l’apr est battue à toutes les élections par le Parti démocratique sénégalais (Pds). a votre avis, pourquoi l’arp peine-t-elle à conquérir Touba malgré ses nombreuses opérations de charme ?

Je suis d’accord que Touba n’est pas notre fief. Mais ce n’est pas non plus un «no man’s land» où Idrissa Seck se promener. Idrissa Seck ne peut pas se faire construire une base à Touba, et pour cause. En tant que Premier ministre, quel est son bilan dans la commune de Touba et la région de Diourbel ? Donc, ce n’est pas aujourd’hui qu’il peut venir faire des promesses et tenter d’acheter la conscience des populations de Touba. Je demande aux populations de Touba de lui montrer lors de sa visite qu’elles n’ont pas besoin d’être distraites. C’est vrai que nous avons connu quelques déconvenues électorales à Touba. Je pense que nous avons été battus dans la communication. Le Président Wade avait une très bonne base politique qui lui a été fidèle. Mais tout cela est terminé maintenant. Actuellement, les populations de Touba ont compris qu’il est de leur intérêt d’accompagner le Président Macky Sall qui a beaucoup fait pour elles. En plus des grands projets comme l’autoroute «Ila Touba», il s’est beaucoup investi dans le social, dans l’assainissement et la voirie. Aujourd’hui, les populations ont compris que le temps est venu de lui rendre la monnaie de sa pièce. Aux prochaines élections, le Président Macky Sall va récolter les fruits de son labeur. Maintenant, à nous responsables politiques de la localité d’adopter une communication commune qui montre les réalisations du chef de l’Etat et de cesser les querelles intestines. En 2019, le Président Macky Sall obtiendra un résultat qui sera à la hauteur de ses réalisations et de sa considération en faveur de la communauté mouride, de la ville de Touba et le département de Mbacké. Nous y gagnerons haut la main en 2019.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.