Toutinfo Bréves

ASSEMBLEE GENERALE DU RESEAU LIBERAL AFRICAIN Idy vilipende macky à accra

Le président de Rewmi, Idrissa seck, vice-président de l’international libéral a profité de son discours à l’Assemblée générale du réseau libéral africain qui se tient à Accra au ghana pour vilipender le président Macky Sall, coupable à ses yeux d’avoir joué avec les libertés individuelles avec le procès du député-maire de Dakar, khalifa Sall.

Dans son discours accès sur la liberté et la renaissance africaine, le patron de Rewmi estime que «cette renaissance doit sonner le glas de la gestion autoritaire du pouvoir pour que soit finie l’ère de l’arbitraire après tant d’années de sacrifices et de conquêtes démocratiques», dit-il, avant de charger le président Macky Sall qui, à ses yeux, ne respectent pas les libertés individuelles. «Je voudrais lancer un appel solennel au président Macky Sall, un maoïste devenu libéral, pour qu’il libère le prisonnier politique Khalifa Ababacar Sall, député-maire de la capitale sénégalaise, héritier légitime du socialiste Léopold Sédar Senghor. La défense de la liberté contre l’arbitraire oppression est un principe qui transcende les idéologies etles croyances.Nul ne doit tolérer qu’une institution judiciaire soit manipulée par l’Exécutif pour agresser ses adversaires et garantir l’impunité à ses partisans et alliés», a indiqué le président Idrissa Seck devant ses pairs libéraux du continent. A l’en croire, «à l’heure où il faut renforcer la sécurité judiciaire pour aller vers l’émergence, à l’heure où notre secteur privé national aurait tant aimé profiter des opportunités qu’offrent le Sénégal et l’Afrique, à l’heure où les énergies comme les talents doivent se libérer au service de la créativité et de la compétitivité, finies doivent être toutes les formes d’astreintes et de privation arbitraire de liberté», renchérit le patron de Rewmi. Poursuivant, il met la pression sur le président Macky Sall, notamment avec le délibéré attendu dans cette affaire dite de la caisse d’avance de la ville de Dakar. «Le 30 mars prochain, le monde entier saura si le président Macky Sall a renoncé ou pas à se servir de la justice pour emprisonner ou déporter des adversaires politiques. Tous les Libéraux du monde dont il proclame faire partie devront y veiller fermement et j’y prendrai toute ma part, à côté de l’opposition sénégalaise et des forces vives de la Nation», jure le viceprésident de l’International libé- ral. un oBservAToire pour ConTrôler les Chefs d’eTAT ! Cependant, pour veiller au respect des libertés, l’ancien Premier ministre du Sénégal propose de mettre en place un observatoire des avancées démocratiques et libérales sur le continent africain. Et cette plateforme de veille, taillée sur mesure pour le Sénégal devrait, selon le patron de Rewmi, commencer par les pays où les membres de l’International libéral sont aux mannettes. En effet, dit-il, l’Observatoire doit assurer «l’existence d’une justice forte et indépendante où il sera impossible de déporter ou d’emprisonner ses adversaires politiques et de garantir l’impunité à ses partisans et alliés ; la mise en place d’un processus électoral transparent où un ministre de l’Intérieur ne pourra pas déclarer, comme cela vient d’être le cas au Sénégal que son rôle premier est de domestiquer le système électoral pour faire gagner son patron au premier tour ; la préservation des immenses ressources de notre continent par une gestion experte et vertueuse afin que disparaisse le paradoxe insoutenable de la pire misère du monde sur le continent le plus riche de la planète ; la formation de notre jeunesse pour la préparer à l’inévitable compétition mondiale et l’implication plus forte de notre secteur privé dans le développement du continent par la prise de participation dans les secteurs porteurs de notre économie comme par un accès privilégié à la commande publique», énumère le président Idrissa Seck.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.