ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES : L’Etat perd chaque année plus de 4 milliards Fcfa

Les accidents de travail et les maladies professionnelles coûtent excessivement cher à l’Etat du sénégal. chaque année, le gouvernement dépense plus de 4 milliards fcfa pour la réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles. pour inverser cette tendance, le ministère du travail a tenu hier un atelier afin de promouvoir la sécurité et la santé au travail et d’assurer aux travailleurs un lieu de travail décent, sûr et salubre.

La problématique de la sécurité et la santé au travail préoccupe fortement les autorités du ministère du Travail qui ont organisé, hier à cet effet, un atelier sur la question. Le ministre du Travail Samba Sy qui a présidé la rencontre indique qu’un document a été adopté pour permettre au travailleur, quelle que soit sa sphère, d’exercer pleinement ses tâches. «Le droit à des conditions de travail décentes, sûres et salubres constitue une des préoccupations majeures de notre pays. Pour mieux promouvoir la sécurité et la santé au travail, le Sénégal s’est doté, depuis 1999, d’une politique nationale d’amé- lioration des conditions et du milieu du travail», indique Samba Sy qui reconnaît par ailleurs qu’il reste des défis à relever. «Malgré les résultats notés sur le plan de la prévention des risques professionnels, du renforcement des moyens humains et matériels de l’administration du travail et du renforcement des capacités des acteurs du monde du travail, la problématique de la sécurité et de la santé au travail demeure encore une préoccupation majeure», avoue le ministre. De l’avis du représentant des travailleurs, Cheikh Ousmane Diop de la Cnts, «les pertes en vies humaines enregistrées dans le monde du travail, le nombre élevé de travailleurs malades par manque de prévention et l’absence d’une politique de sécurité et de santé au travail efficace et adapté au sein des entreprises doivent interpeller toutes les consciences». Le syndicaliste considère que l’accession du Sénégal au cercle restreint des Etats émergents ne pourra se faire sans une préservation du capital humain. Cela passe par la promotion des milieux de travail sûrs, salubres, sécuritaires et motivants. «C’est un défi que nous devons relever tous, car il est inacceptable qu’au 21ème siècle, des hommes et des femmes continuent de mourir sur les lieux de travail, simplement par le fait du travail», se désole le responsable syndical qui insiste sur l’importance pour un pays d’avoir des ressources humaines en bonne santé. «Les accidents du travail et les maladies professionnels doivent être réduits de manière drastique parce que nous nous sommes rendus compte, depuis plusieurs années, que la Caisse de sécurité sociale (Css) dépense énormément d’argent pour la réparation de ces accidents. Chaque année, plus de 4 milliards Fcfa sont dépensés pour la réparation. Si cet argent est investi dans la prévention, on pourra ramener les accidents et maladies du travail à un niveau très bas», affirme Cheikh Ousmane Diop de la Cnts.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.