SUITE AUX PROPOS D’ALY NGOUILLE NDIAYE : Idrissa Seck parle de «volonté clairement exprimée de confiscation de la souveraineté populaire»

Le parti rewmi se joint aux attaques faites jusque-là contre le ministre de l’Intérieur accusé de vouloir frauder à la prochaine présidentielle suite à sa sortie dans une émissiontélévisée.Idrissa seck et Cie exigent « la nomination immédiate et sans délai », d’une personnalité neutre et consensuelle chargée d’organiser les élections.

Le ministre de l’Intérieur est en train d’être «acculé» jusque dans ses derniers retranchements. La cause : ses propos tenus dans une émission à la « 2stv » et réaffirmé lors de la remise du rapport découlant de la concertation sur le processus électoral. Aly Ngouille Ndiaye reconnait d’ailleurs avoir déclaré en tant que responsable politique et non ministre de la République, son engagement à mobiliser ses militants pour s’inscrire sur les listes électorales et s’assurer de voter convenablement le cas échéant. Et dans un communiqué parvenu à «L’As», hier, le parti Rewmi estime avoir écouté avec indignation, les propos d’Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l’Intérieur et responsable politique du parti au pouvoir, chargé d’organiser les élections. Selon Idrissa et Cie, ces propos sont une preuve supplémentaire de « la basse et manifeste entreprise » de fraude concoctée par le régime Apr avec la complicité de la Daf du ministère de l’inté- rieur. « Cette atteinte grave à la transparence de notre processus électoral est une menace directe sur la paix sociale et la stabilité de notre pays », lit-on dans le texte. Cela étant, Rewmi déclare qu’Aly Ngouille ne peut être juge et partie. Par conséquent, le président Idrissa Seck etle partiRewmi exigent du chef de l’Etat, la nomination immédiate et sans délai, d’une personnalité neutre et consensuelle chargée d’organiser les élections. Toujours dans la note, le président Idrissa Seck et le parti Rewmi attirent également l’attention de l’opinion nationale et internationale «sur cette volonté clairement exprimée de confiscation de la souveraineté populaire par Macky Sall, président de l’APR».

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.