GESTION DES COLLECTIVITES LOCALES Macky Sall demande la rationalisation des dépenses

Le Sénégal s’est doté d’un Conseil supérieur de la fonction publique locale. Le rôle de cet organe consultatif installé hier est de donner des avis et recommandations sur toutes les questions à caractère général intéressant le fonctionnaire des collectivités locales et la fonction publique locale. Le chef de l’Etat Macky Sall qui présidaitla cérémonie d’installation a demandé aux collectivités d’être rationnelles dans leurs dépenses.

Enfin, le Conseil supérieur de la fonction publique est installé ! Vieille revendication de l’intersyndicale des travailleurs des collectivités locales, cet organe a été installé hier par le président de la République qui, grâce à cette réforme, souligne que le Sénégal sera construit avec de nouveaux territoires qui privilégient la participation de tous les acteurs. «Cette grande réforme exige la modernisation de la gestion publique territoriale avec la promotion soutenue de la qualité des ressources humaines. Evidemment, une telle vision ne peut pas s’accompagner de collectivités territoriales qui sont juste des répondants de partis politique. C’est par la compétition politique que l’on y accède, mais une fois élu, on représente une collectivité», a indiqué Macky Sall. Ce dernier a promis aux travailleurs des collectivités locales de signer l’ensemble des décrets d’application de la loi relative au statut général des fonctionnaires des collectivités locales. «Nous allons modifier le Code général des collectivités locales, parce qu’il n’est plus en adéquation avec la Constitution. La création de ce Conseil s’inscrit dans le renforcement de la démocratie territoriale. La structure doit revêtir des critères d’objectivités et de compétence qui transcendent la présence ou la couleur politique du chef de l’exécutif», relève le président Sall. «C’est une affaire que nous devons régler nous mêmes sans passion, sans conflit. Il s’agit de la vie de nos populations. Ce sont nos responsabilités partagées et cela doit nous pousser à affronter les problèmes sans coloration politique», dit-il. De l’avis du chef de l’Etat, l’heure est venue d’intensifier la mise en place de la Fonction publique locale. «Ceci permettra le recrutement et la gestion rationnelle, en tenant compte des ressources budgétaires de chaque collectivité. Il faut que les salaires soient payés et que les allocations de retraite soient versées.Il faut que les gens respectent les fonctions pour lesquelles ils sont recrutés. Il n’y a pas de mauvais métier. Si vous recrutez pour le nettoiement ou autre, il faut faire le boulot, sinon vous allez payer des salaires et vous serez obligés de contracter avec d’autres alors que ces ressources ne sont pas disponibles. On ne peut pas multiplier les taxes payées dans les marchés. Sur cette question, j’invite les collectivités locales à faire des mutations», suggère le locataire du palais de l’avenue Léopold Sédar Senghor. Le secrétaire général de l’intersyndicale des travailleurs des collectivités locales, Sidya Ndiaye, a démarré son discours en rendant hommage à «un des pionniers de la lutte pour la mise en place de ce Conseil» en l’occurrence Mamadou Assane Diop. Dès qu’il a évoqué ce nom, Sidya Ndiaye a fondu en larmes. Ce qui a obligé le président Macky Sall à observer une minute de silence à la mémoire du défunt. Selon le bouillant syndicaliste, «ce jour restera gravé dans l’histoire des collectivités locales du Sénégal».

«L Président Macky Sall respecte ses engagements »

Emu jusqu’aux larmes et comblé après la mise en place de cet organe consultatif, Sidya Ndiaye a tressé une couronne de lauriers au président de la République. «Des milliers de travailleurs des collectivités locales suivent ce qui se passe en ce moment. Les plus sceptiques d’entre eux qui vouaient aux gémonies se rendront à l’évidence que Macky Sall est un président qui respecte la parole donnée, un président qui respecte ses promesses. Et il ne fait pas de promesse qu’il ne peut tenir», a proclamé le leader de la Fgts. Pour Sidya Ndiaye, l’installation du Conseil supérieur de la fonction publique locale est un acte éminemment significatif pour le personnel exerçant dans les collectivités locales. «Ils sont sans perspectives d’avenir puisque, travaillant dans la précarité totale, à la merci quelquefois des caprices d’exécutifs locaux peu soucieux de leur plan de carrière», dit-iltout en se confondant en remerciements à l’endroit du président Sall qui a débloqué une enveloppe de 100 millions Fcfa. Laquelle somme est destinée à payer les indemnités de départ à la retraite de tous les agents des collectivités locales ayants droit. Par ailleurs, le syndicaliste a sollicité l’arbitrage du chef de l’Etat sur la couverture médicale des agents redéployés. «Nous comptons sur vous pour mettre fin à cette violation du droit des travailleurs. Beaucoup de communes dans la région de Dakar principalement continuent de tergiverser en faisant preuve de manque de volonté manifeste dans la résolution de ce problème qui risque de provoquer des tensions, si elles ne sont pas rappelées à l’ordre.D’autant que les travailleurs n’entendent pas être les agneaux du sacrifice», avertit-il.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.