FILM : KEMTIYU CHEIKH ANTA:Le «Pharaon du savoir» porté à l’écran

À travers son film «kemtuyu», le réalisateur ousmane William mbaye met en lumière l’influence majeure du professeur Cheikh anta diop dans la réhabilitation de l’histoire falsifiée de l’afrique, 32 ans après sa disparition.

Sa vie et son œuvre ont fait l’objet de nombreux articles scientifiques et de livres. Avec le documentaire réalisé par Ousmane William Mbaye et monté par Laurence Attali, le parcours, l’œuvre et la vie de l’inégalable historien Cheikh Anta Diop sont désormais portés à l’écran. Le réalisateur de « mère-bi », de « Mamadou Dia » récidive encore avec « Kemtuyu Cheikh Anta » pour faire connaître cet homme multidimensionnel, encore méconnu des jeunes et des moins jeunes. Après sa diffusion, en avantpremière, le samedi 7 mai 2016 au théâtre national Daniel Sorano, le documentaire sur le « Pharaon noir » a été projeté, hier, sur la Radio télévision sénégalaise (Rts), à l’occasion du 32e anniversaire de la disparition du fondateur du Laboratoire Carbone 14 de l’Ifan de l’université qui porte son nom. « Kemtuyu » a été déjà traduit en 30 langues et diffusé sur de nombreuses chaînes de télévision du monde comme Tv5 Monde. Dans ce documentaire, le réalisateur qui a réalisé des centaines d’heures d’enregistrement propose un portrait en « images et sons » de 1 heure 30 minutes à travers des témoignages de la famille, notamment Marie-Louise Diop Maes, épouse de Cheikh Anta disparu le 6 février 2016 et enterré à Thiaytou (Dioubel) au côté de son mari. D’autres protagonistes comme le Docteur Yoro Sy, l’ami du « Pharaon du savoir », depuis le lycée, les disciples comme Boris Diop, Théophile Obenga sur le plan scientifique, Dr Dialo Diop l’héritier politique et d’autres compagnon comme Annette Mbaye d’Erneville, Yandé Diop de Présence africaine, des universitaires français, des américains et la liste est longue tellement Cheikh Anta Diop a influencé le monde, même trente deux ans après sa mort. Le film démarre par des images de cette terre aride de Thiaytou qui a vu naître « l’enfant prodigue du Baol ». Puis suit une succession d’images d’archives sur le séjour parisien de quinze ans de l’auteur de « Nation nègre et culture ». Vient après une série de témoignages sur la vie et l’œuvre de l’homme, dans le souci assumé du réalisateur de faire « éclater la vérité » sur la falsification de l’histoire de l’Afrique contre laquelle, Cheikh Anta Diop a consacré l’essentiel de ses travaux en égyptologie. C’est pour rendre hommage à l’Afrique, « berceau de l’humanité » qu’Ousmane William Mbaye a choisi le titre de « Kemtuyu » pour son film. Car, cela ne va pas déplaire à Cheikh Anta Diop parce que « kemtuyu » est le premier nom de l’Égypte actuelle, en référence à ses habitants qui étaient « noirs ». Le célèbre égyptologue dans plusieurs extraits de confé- rence dont celle de l’Unesco au Caire sur l’Égyptologie en 1972 a réaffirmé que les noirs sont les premiers occupants de la terre, donc berceau de la civilisation. Par contre, le film s’attarde très peu sur l’engagement politique de Cheikh Anta Diop, ce qui n’enlève en rien à sa qualité. Car, il ne fait aucun doute qu’il est d’une grande contribution pour faire connaî- tre Cheikh Anta Diop à tous ceux qui ne le savent pas. Le film « Kemtuyu » comme pour montrer l’actualité de l’œuvre du « Pharaon du savoir » se termine par ce message prophétique : « Il n’y a qu’une seule solution. C’est d’accéder à la connaissance direct (…) Armez-vous de sciences et de connaissances jusqu’aux dents. Il n’y a que cela qui vaille(…) ».

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.