VISITE DE MACRON ET GESTION DES HYDROCARBURES La plateforme «Initiative 35» contre-attaque

Le comité d’initiative de la plateforme i35 a tenu hier, une confé- rence de presse pour répondre aux critiques faites contre le régime de macky sall. furieux des attaques multiples et répétées de l’opposition, notamment lors de la visite du président français emmanuel macron, « initiative 35 » s’est indignée qu’on veuille toujours assujettir le sénégal à la france.quant àousmane sonko, thierno alassane sall et abdoul mbaye qui ne cessent de relever un scandale dans la gestion des hydrocarbures au sénégal, «i35» les traite de «coalition d’aigris».

La plateforme «Initiative 35» (I35) monte au front pour défendre le régime attaqué de toutes parts. En effet, l’opposition qui guette minutieusement l’action de la mouvance présidentielle, ne rate la moindre occasion pour la descendre en flammes. Et la plateforme I35 semble être exaspérée par cette situation et plus particulièrement les critiques formulées contre la visite du président français au Sénégal. Les camarades de Mame Mbaye Niang, un des principaux initiateurs de la plateforme «I35», pensent que l’opposition a voulu tout simplement saboter la visite du président Macron. Selon eux, «cette entreprise diabolique a d’ailleurs lamentablement échoué, car les populations ont réservé un accueil mémorable à leur hôte». Pour ce qui est du PDS qui avait appelé au port de brassards rouges à Saint-Louis lors du passage de Macron, « I35 » déplore le fait que l’ancien parti au pouvoir tombe si bas et devienne in fine un jouet aux mains de Karim Wade qui prend les militants de son père pour des marionnettes. Le porte parole du jour, Néné Fatoumata Tall Mbaye parle d’ailleurs d’une «tentative récente de manipulation des Sénégalais, sur un supposé document de laBanque mondiale qui le blanchirait. Ceci démontre à suffisance que l’exilé de Doha n’a aucun respect pour les Sénégalais. Malgré, ses vociférations, il reste le plus grand débiteur du trésor public à hauteur de 138 milliards de Francs Cfa». Revenant sur la visite de Macron, Abdou Karim Fofana fait remarquer qu’ : « il y a une situation psychologique très grave chez nous. C’est comme on avait un problème viscéral avec nous mêmes.On regarde la France toujours comme un pays colonisateur. La colonisation c’est fini. » Le directeur du Patrimoine bâti demande de ce fait à l’opposition de prendre de la hauteur. « Quand on est au pouvoir, on passe des journées à Paris pour se faire recevoir par Sarkozy. On reste dans les hôtels de Washington, pour se faire recevoir par Obama. Et quand on est dans l’opposition, on fusille ces mêmes personnes et on critique nos relations avec ces pays. Une démocratie, c’est un pouvoir qui gère, mais c’est aussi une opposition responsable et décomplexée », a-t-il fustigé. Par ailleurs, s’exprimant sur les attaques récentes de Sonko notamment sur la gestion du pétrole entre autres, Abdou Karim Fofana de rétorquer : « Sonko a le temps d’écrire ; et nous nous avons des politiques publiques à mener. Le temps qu’il prend pour faire ses enquêtes, limiter juste l’action publique aux enquêtes, au contrôle et à la fiscalité, c’est un camp qui est limité. Nous avons d’autres perspectives. Nous avons une échelle d’ambitions. Il s’agit de faire de sorte qu’en une génération qu’on arrive à rendre le Sénégal émergent. » Embouchant la même trompette, Néné Fatoumata Tall Mbaye a estimé que « Thierno Alassane Sall, Ousmane Sonko, Abdoul Mbaye constitue une coalition des aigris et qu’ils ont, comme dénominateur commun, la haine, un programme d’affabulation, de mensonge et de mauvaise foi. » Initiative 2035 signale de ce fait à leur attention particulière qu’une révolution économique s’opère au Sénégal avec tous les voyants macroéconomiques qui sont au vert. «idrissa secK est en train de refaire son retard politique» Idrissa Seck qui a traité le CMU de slogan a été également attaqué par les partisans de Macky Sall hier. Abdou Karim Fofana a ainsi répliqué vertement : « Macky Sall n’a pas attendu la veille des élections pour faire des tournées. Nous avons l’impression qu’Idrissa Seck vient de redécouvrir le Sénégal après des séjours à « Saint-James » et à « Lamantin Beach ». Ces difficultés dont il parle, nous les avons diagnostiqués il y a sept ans. Peut-être qu’il est en train de refaire son retard politique.Quand vous basez votre carrière politique sur le verbiage, vous laissez un pan entier de l’action politique ».

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.