Toutinfo Bréves

PROCÈS KHALIFA SALL ET CIE: Les brèves du tribunal

Malick Lamotte La patience olympienne du Président Malick Lamotte été mise à rude épreuve dans la matinée d’hier. Il a commencé par recadrer un conseil de la défense lors de l’interrogatoire devant la barre de Mbaye Touré : « il n’y a pas à appuyer le prévenu pour lui donner des réponses.» Ensuite, lorsque Me Aliou Cissé a signalé à Mbaye Touré que la « juridiction va leur faire toutes les exhortations possibles», le Président a répliqué : «On reviendra sur cela pour les deux côtés, il y a trop de dérapages, on commente des questions, on suggère des réponses, je vous demande juste de ne plus le faire. A la fin de cette audience, ce ne sera plus le cas. La loi vous demande en posant des questions de vous adresser au Tribunal, s’il y a un usage abusif, nous reprendrons notre pouvoir et nous l’exercerons ». Et puis, la coupe était pleine quand Me Aliou Cissé a voulu poser des questions à l’Aje. « Vous mélangez les choses, chaque chose en son temps» dit tout sec le Président. Pour boucler la boucle, à MeDemba Ciré Bathily qui a demandé à Mbaye Touré si l’on ne vise pas Khalifa, après que ce dernier a répondu qu’il n’a pas d’avis sur cela, le Président a dit : «Heureusement que c’est quelqu’un de réfléchi, il n’a pas répondu à cela, vous lui faites porter votre appréciation». Me Ousseynou Gaye Me Ousseynou Gaye, conseil de la ville de Dakar, a rétorqué à son confrère du côté de l’Etat du Sénégal Me Yérim Thiam que des propos venant d’un ancien Bâtonnier, le surprennent, lorsque Me Thiam a murmuré quelque chose : « Ce qu’on nous interdit de dire depuis le début du procès, si cela sort de la bouche du bâtonnier, au moment de ma prise de parole, je n’accepte jamais cela ». Abdoulaye Diop Yaya Bodian, a répété que le mécanisme actuel de la caisse d’avance de la mairie de Dakar a été proposé par un percepteur municipal et précisé à la demande de Me Ousseynou Gaye, qu’il s’agit de Abdoulaye Diop, ancien ministre de l’Economie et des finances. Mbaye Touré a soutenu que Mamadou Diop avait pris plusieurs mandatements avec la mention « justification ultérieure ». Il arrivait que l’emploi des fonds se justifie au téléphone avec le ministre de l’époque Souty Touré qui parlait à Mamadou Diop. Du temps de Pape Diop, il n’y avait pas de destination, on parlait juste de « dépenses diverses », a éclairé Mbaye Touré. Mbaye Touré Restons au palais de justice Lat-Dior, pour dire que Mbaye Touré est revenu sur l’inspecteur général d’Etat Samba Diallo qui en 1997, sous Mamadou Lamine Loum, avait émis des réserves sur l’utilisation de cette caisse, malgré ses observations, le mécanisme a continué à fonctionner, a constaté le pré- venu. Me Gaye qui remarque que Touré a travaillé pour 3 régimes différents, lui demande s’ils ne sont pas inquiétés parce que Khalifa Sall n’a pas collaboré avec le régime en place. Prudent, le Daf a répondu qu’il est juste un fonctionnaire. « Si j’ai dit que je n’aurai jamais pensé qu’un jour, je comparaîtrai devant la barre pour ces faits, c’est parce que le mécanisme existe depuis 30 ans». Mbaye Touré : «je suis meurtri» Interrogé par son frère, Me Khassimou Touré, Mbaye Touré s’est confié : « J’ai le sentiment d’un homme meurtri, j’ai un sentiment de déception, celui d’un homme, qui pendant 25 ans a eu un parcours éloquent et se retrouve devant la barre pour des faits qu’il n’a pas commis ». Me François Sarr est revenu sur Samba Diallo qui a conclu que « Les vérificateurs ont rencontré le ministre délégué chargé de la décentralisation, l’utilisation de ces fonds ne rentrent pas du tout dans le fonctionnement de la communauté urbaine». Ige Samba Diallo Mbaye Touré, bombardé de questions a fini par s’asseoir,tellementil étaitfatigué à expliquer que la caisse d’avance est logée dans la rubrique « dépenses diverses », compte 6490. Le crédit (360 millions de Fcfa par an) est voté avec un système d’autorisation de dépenses par le Conseil municipal. A Me Moustapha Ndoye, Mbaye Touré confirmera que de 1995 à 2015, la caisse d’avance a servi de support pour des fonds politiques. L’avocat lit un arrêté de Souty Touré qui dit que le maire devra rendre compte de ces dépenses au ministre de l’Intérieur chargé de la décentralisation. Transe A 10 h 56, un homme dans le public tombe en transe «lai laha illalah », criaitil lorsque les gendarmes l’ont soulevé pour le sortir de la salle. Des femmes ont essuyé quelques larmes, Khalifa Sall s’est retourné pour le regarder, compatissant. Le Président a dit que si l’on ne supporte pas l’émotion il vaut mieux ne pas venir. «Tout ce qui se passe ici est sérieux », a-t-il soutenu. Bâtonnier Kamga Après lecture des infractions et après que son client a contesté les faits, le Bâtonnier du barreau du Cameroun Me Kamga est intervenu pour demander des précisions sur X et ce que le Tribunal entend par « un montant provisoire de 1,830 milliard de Fcfa ». Le Président a répondu qu’X bénéficie d’un nonlieu et que le montant visé n’est pas provisoire. Bon à savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.