Chine : comment un ancien agent de la CIA a fait disparaître des espions américains

C’est « la pire débâcle du renseignement américain depuis des années », selon le New York Times. Ce mardi 30 janvier, « Le Figaro » raconte comment des espions américains infiltrés dans le régime chinois ont été démasqués. La taupe a été arrêtée à New York.
Dans Le Figaro, la main de Pékin au coeur de la CIA. Nous sommes en 2010, au siège du renseignement américain à Langley. Alerte rouge, c’est le cas de le dire : dans la Chine communiste, les informateurs de la « Centrale » disparaissent comme par enchantement. Un jour, ils sont là, fidèles au poste, infiltrés dans les plus hauts échelons du régime. Et le lendemain, disparus, sans laisser de trace, emportés par un mal mystérieux.

À chaque fois, les appels désemparés des maîtres-espions américains : « Nous en avons encore perdu un autre ». Depuis, la taupe a été identifiée et arrêtée le 15 janvier à l’aéroport JKF de New York. Il s’appelle Jerry Chun Shing Lee, ancien de la CIA. Il a été démasqué par une opération curieusement baptisée « Honey Badger », c’est-à-dire littéralement « blaireau à miel ».

En clair, la CIA lui a fait miroiter un poste de consultant pour le faire revenir aux États-Unis et pouvoir ainsi fouiller ses affaires. Bonne pioche : deux petits carnets contenaient tous les noms des agents « undercover » en Chine. Au moins 18 infiltrés disparus corps et biens.

La rumeur a couru que l’un d’eux, en poste dans un grand ministère, aurait été arraché à son fauteuil en pleine journée, traîné dans une cour et exécuté en public devant ses collègues. Le New York Times évoque « la pire débâcle du renseignement américain depuis des années ». Et Pékin se réjouit de ce fiasco, qui n’est pas un cas isolé.

Des traîtres au service de l’Empire du Milieu, il y en a de plus en plus. Dans l’autre sens, les infiltrés chinois sont légion, jusqu’au plus haut niveau. C’est ainsi que l’an dernier, le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, a été alerté d’un danger potentiel tout proche de lui, la femme d’affaires Wendi Deng Murdoch, très amie avec sa femme, Ivanka.

Cette Sino-Américaine est soupçonnée d’oeuvrer dans l’ombre pour Pékin. Elle essaye notamment de faire aboutir un projet immobilier chinois au cœur de Washington. Dans ce projet, il y a un immeuble de 21 mètres de haut, idéal pour « écouter » le Congrès, la Maison-Blanche et le siège du FBI tout proches.

RTL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.