CONVOQUES AU PROCES DU MAIRE DE DAKAR: Moustapha Niasse, amadou Ba, Tanor dieng et aminata Tall n’ont pas répondu à l’appel

Le ministre des finances, Amadou ba, le président de l’Assemblée nationale moustapha niass, la présidente du conseil économique social et environnemental (cese) Aminata tall et le pré- sident du haut conseil des collectivités territoriales (hcct) ont brillé par leur absence hier, lors du troisième jour de l’évocation de l’affaire de la caisse d’avance. cités comme témoins, ils n’ont pas répondu à l’appel.

La salle 4 du Palais de justice a refusé du monde hier, lors de la troisième comparution du maire de Dakar, Khalifa Sall dans le cadre de la Caisse d’avance de la Ville de Dakar. Militants, sympathisants et parents ont pris d’assaut le tribunal où se joue le destin de Khalifa Sall. Il faut montrer patte blanche pour franchir les barrières de sécurité à l’entrée principale, sans compter la longue queue et les fouilles de bagages. Tout cela n’a pas découragé les partisans de Khalifa Sall. Certains sont restés debout durant toute l’audience. C’est à 8 heures 51 minutes que le maire de Dakar, Khalifa Sall et ses acolytes ont fait leur apparition. Les prévenus ont tous porté la même couleur qui est «le blanc». Le premier magistrat de la ville de Dakar a été chaleureusement accueilli par ses inconditionnels qui l’applaudissaient, tandis que d’autres levaient leurs mains pour le saluer. Comme à ses habitudes, il souriait avant de se diriger vers le siège qui lui est réservé. Et les militants socialistes scandaient : « Khalifa président». La foule déchaînée ne s’est pas gênée de crier et de prendre des photos. Ce qui est formellement interdit dans la salle d’audience. C’est ainsi que l’huissier d’audience a pris la parole pour rappeler que l’enregistrement est interdit, avant de lire la note du président de la cour d’Appel de Dakar, Demba Kandj. «Les chasseurs d’images à l’intérieur de la salle d’audience sont avertis. Aucune vidéo, aucune photo du procès ne doit circuler sur la place publique. Les contrevenants aussi seront sanctionnés», avertit l’huissier de l’audience. Ainsi, le procès a débuté à partir de 9 heures 10 minutes. A l’entame, plus de 30 témoins ont été cités parmi les présents. On peut citer le président de Rewmi, Idrissa Seck, l’ancien maire de Dakar, Mamadou Diop et l’ancien ministre Habib Sy. Par contre, le ministre des Finances, Amadou Ba, le président de l’Assemblée nationale Moustapha Niass, la présidente du Conseil économique social et Environnemental (Cese) Aminata Tall, le président du Haut Conseil des Collectivités territoriales, Moustapha Niass, Pape Diop, le président de l’Act, Abdoul Mbaye et le ministre du Budget, Birima Mangara ont brillé par leur absence. me Khouressy bA : «Les hommes encAgouLés nous font peur» Par ailleurs, il faut relever que les gardes pénitentiaires encagoulés ont fait peur à Me Khouresy Ba : « J’ai un souci, les hommes encagoulés dans la salle me mettent mal à l’aise et je pense qu’ils mettent mal à l’aise tout le monde. Je n’aime pas les encagoulés avec leur regard qui font peur. S’ils sont là pour la sécurité des personnes, ils peuvent aller dans le box. Je n’ai jamais opéré dans un procès sous une telle surveillance. Les encagoulés sont des militaires et ils peuvent créer des incendies. On se croit même à un Tribunal d’assises», dit Me Ba qui ajoute que les avocats constitués sont debout ce qui est anormal. Suite à cela, des chaises ont été amenées pour leur permettre de s’asseoir et les encagoulés sont retournés au niveau du box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.