RAPPORT DE L’IGE SUR LA VILLE DE THIES: Yankhoba diattara dément mame mbaye niang

Le rapport de l’Inspection Générale d’Etat (Ige) sur la gestion de la ville de thiès continue d’alimenter le débat politique. C’est ainsi que le ministre Mame Mbaye Niang l’a récemment évoqué, pour indexer Yankhoba Diattara.

Yankhoba Diattara a apporté la réplique, hier lors d’un point de presse, en démentant le ministre avant de demander la publication du rapport afin que la vérité puisse éclater. Le rapport de vérification portant sur la gestion de la ville de Thiès fait par l’Inspection générale d’Etat (Ige) est un sujet évoqué avec récurrence sur la scène politique. C’est ainsi que récemment le ministre Mame Mbaye Niang en a parlé, pour clouer au pilori Yankhoba Diattara. Lors d’un point de presse tenu hier, Yankhoba Diattara responsable de Rewmi, par ailleurs vice-président du Conseil départemental de Thiès, entouré des principaux ténors de Rewmi de la commune de Thiès, a apporté un démenti par rapport aux propos du ministre Mame Mbaye Niang. Selon lui, 7 communes au total ont été auditées à l’époque par l’Ige. Il ajoute : « Nous demandons que le Premier Ministre publie le rapport sur la ville de Thiès pour que la vérité éclate. Nous n’avons rien à cacher. D’ailleurs les gens savent que toutes les communes qui ont été épinglées sont gérées par l’Apr et la coalition présidentielle. Nous exigeons la publication du rapport de l’Ige sur la ville de Thiès, pour arrêter définitivement les mensonges ». A l’en croire ce comportement est à la limite compréhensible car le pouvoir actuel est conscient de sa prochaine défaite électorale. Devant cette perspective, souligne Yankhoba Diattara, leurs méthodes sont basées sur l’intimidation et l’instrumentalisation de la Justice, pour neutraliser les adversaires politiques. Mais, ils n’ont aucun moyen sur Idrissa Seck et son entourage. Ils savent qu’ils ont déjà perdu le pouvoir et le président veut se donner bonne conscience en affirmant qu’il va gagner le premier tour avec 60% alors qu’il sait qu’il ne peut pas dépasser les 37%. Il poursuit « nous sommes conscients de nos responsabilités et des enjeux et c’est pourquoi nous sommes prêts à mener le combat qu’il faut et nous n’allons plus laisser à qui que ce soit s’attaquer à notre leader ou à notre parti. Nous allons laisser de côté les costumes et les responsabilités institutionnelles pour faire face, sachant que c’est sur le plan politique que cela va se jouer ». De l’avis de Yankhoba Diattara, le ministre Mame Mbaye Niang a également raconté des contrevérités en disant qu’il faisait partie des membres fondateurs de Rewmi. « Il n’a jamais été membre fondateur du parti du Rewmi », martèle Yankhoba Diattara, avant d’affirmer qu’il avait été recruté à l’époque du parti FIDEL par Abdou Soulèye Kidiéra, « mais pendant la crise entre le président Abdoulaye Wade et Idrissa Seck, il a été acheté par Macky Sall, pensant qu’il détenait des informations sur l’approche de lutte de Rewmi, de sa technique de communication à l’époque, notamment avec la diffusion des fameux CD ». C’est dans ces conditions raconte le vice-président du conseil départemental de Thiès, qu’il a été acheté par le régime de Me Abdoulaye Wade dont l’actuel Chef de l’Etat était le Premier ministre. « Mame Mbaye Niang a quitté le parti FIDEL et le dispositif politique d’Idrissa Seck avant la création du parti Rewmi » déclare-t-il. Et d’après lui, Mame Mbaye Niang est trop petit pour salir ou souiller l’image du président Idrissa Seck et il n’a rien à raconter sur lui, car il s’agit d’un patriote, qui a déjà fait ses preuves. Dans ce sillage, il a lancé un appel à l’endroit de tous les jeunes leaders de ce pays pour faire comme en 98-99 quand il s’est agi de faire partir Abdou Diouf et le régime socialiste. Selon lui, il faut reprendre ce dispositif politique, pour faire face au régime de Macky Sall. Ce point de presse a également été marqué par l’officialisation de l’appartenance au parti Rewmi du Professeur Alassane Mbéguéré qui a juré de travailler corps et âmes pour qu’Idrissa Seck accède à la magistrature suprême en 2019.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.