OUSMANE TANOR DIENG SUR L’EXCLUSION DES PRO- KHALIFA : «ils se sont révélés comme de vrais opposants»

Venus de Koungheul, de Malem Hodar et de beaucoup d’autres villages de la région de Kaffrine, des militants et responsables socialistes ont été reçus, hier, par le secrétaire général du parti socialiste (ps). en marge de cette rencontre, ousmane tanor dieng a indiqué qu’il a tourné la page des frondeurs depuis le 30 décembre, date de leur exclusion du ps.

C’est presque tout le Ndoukoumane qui a effectué, hier, le déplacement à la Maison du Parti socialiste située à Colobane. Les nombreux cars «Ndiaga Ndiaye» garés dans l’enceinte de la Maison du parti rappellent les grandes mobilisations organisées par les Verts du temps de leur splendeur. Tous membres de l’Union régionale du Ps de Kaffrine, Abdoulaye Willane à sa tête et ses camarades ont eu d’intenses échanges avec Ousmane Tanor Dieng sur la vie du parti, sa massification et sa remobilisation. Comme il fallait s’y attendre, l’exclusion de 72 responsables socialistes (parmi lesquels Khalifa Sall, Aïssata Sall, Bamba Fall, Barthélémy Dias, Idrissa Diallo) s’est invitée dans les discussions. D’autant que Ousmane Tanor Dieng a expliqué aux militants venus des villages les plus reculés du Ndoucoumane les raisons qui ont poussé le Bureau Politique à prendre la décision d’exclure Khalifa Sall et Cie. Il estime que l’affaire remonte au dernier congrès du parti avec le refus des Khalifistes de siéger dans les instances mises en place à la suite du congrès. « Ils se sont révélés comme de vrais opposants. Certains ne participent pas aux réunions et d’autres passent leur temps à dénigrer le parti et à s’opposer à toutes les décisions prises par le parti dans un cadre démocratique, c’est-à-dire dans les instances d’où s’est dégagée une majorité», accuse le président du Haut conseil des collectivités territoriales. Pour lui, la direction du parti n’acceptera pas que des gens puissent s’opposer à des décisions prises par la majorité. Avec une telle situation, indique Ousmane Tanor Dieng, cela peut créer une anarchie totale où chacun fait ce qu’il veut et quand il veut. «personne ne peut M’intiMider ou M’iMpressionner» De l’avis du patron des socialistes, la direction n’a pas accepté que cette situation puisse continuer. «Car, non contents de ne pas venir aux réunions, ils se sont organisés en structures informelles pour procéder à la vente de cartes. Ousmane Tanor Dieng et ses camarades n’ont surtout pas aimé le fait que leurs adversaires aient mis en place des listes parallèles à celles de Bby, lors des dernières élections législatives. «C’est pourquoi, en toute responsabilité, nous avons décidé de les exclure du parti. Ils ne devraient même pas attendre qu’ils soient exclus, car quand on n’est pas d’accord avec les instances, on doit accepter qu’on n’est plus du parti», lance le maire de Nguéniène dans une salle remplie de militants acquis totalement à sa cause. Pour mieux convaincre son auditoire, l’ancien candidat socialiste à la présidentielle de 2012 se remémore les propos de feu Léopold Sédar Senghor qui disait que la main qui prend une décision ne doit pas trembler. C’est pour cette raison qu’il ajoute que personne ne peut l’intimider encore moins l’impressionner. «Je peux faire des erreurs, mais j’ai toujours foi en ce que je fais et je sais que c’est dans l’intérêt du parti», clame Ousmane Tanor Dieng. Aujourd’hui, il considère que la page est tournée et qu’il faut regarder de l’avant. S’ouvre alors une autre page, celle consacrée à la discussion du programme d’activités que le parti veut mettre en place. C’est cela qui a motivé, selon M. Dieng, la rencontre d’hier qui a démarré par la région de Kaffrine.

Toutinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.