DISCOURS DE NOUVEL AN DU PRESIDENT, CONCERTATIONS SUR LE PROCESSUS ELECTORAL: Mamour cissé et cie taclent Macky Sall

le souhait du chef de l’etat de faire du sénégal, un baobab de tous, pour tous ne relève que de l’utopie pour les responsables du psd/Jant-bi. en effet, selon mamour cissé et ses camarades, l’ombre du baobab théorisé par le président sall ne couvre et n’abrite que l’Apr et ses alliés. une situation qui pousse la jeunesse du pays à devenir sourde à l’appel mortel de l’Atlantique. s’y ajoute, l’accaparement de l’espace public de pensées et d’opinions par la majorité qui ne favorise pas le dialogue.

Réuni hier en bureau politique, le Parti social démocratique Psd/Jant-Bi s’est penché sur l’actualité marquée notamment par le discours de nouvel an du président de la République. Er Mamour Cissé et ses camarades jugent peu convaincante la copie rendue par Macky Sall. D’autant qu’ils ne retiennent que la métaphore du baobab de tous, pour tous dans son discours. «Or, l’ombre de ce baobab que théorise le Président Sall n’abrite et ne couvre que l’Apr et ses alliés de la majorité», relèvent les responsables du Psd/Jant bi qui recommandent: «pour éviter que le désespoir ne continue de pousser notre jeunesse à braver les mers meurtrières, tout simplement parce qu’elle aura constaté que le fameux baobab n’a plus d’ombre pour elle, il faut une politique d’emploi des jeunes hardie, innovante et efficace avec des stratégies bien pensées parce que concertées et participatives, pour retenir notre jeunesse et la rendre sourde à l’appel mortel de l’Atlantique». Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, Mamour Cissé et Cie trouvent que le nouveau slogan du pouvoir en l’occurrence «le Sénégal de tous, pour tous», ne saurait demeurer un vœu pieux. Selon eux, ce slogan a des exigences dont une réelle et sincère capacité d’écoute et d’ouverture. «Ce qui n’est pas le cas avec cette posture jugée regrettable» du pôle de la majorité dans le cadre de concertation sur le processus électoral. Les plénipotentiaires de la majorité veuillent imposer le système des parrainages aux partis politiques. Est-ce qu’en voulant ainsi s’approprier exclusivement l’espace public de pensées et d’opinions, la majorité présidentielle n’est pas en train de faire le lit d’une tyrannie qui ne dit pas son nom et de courir le risque de radicaliser ses interlocuteurs du Cadre de concertations», s’offusquent les membres du bureau politique du Psd/JantBi qui estiment que le Président Macky Sall a raté l’occasion de s’inscrire dans le sens de l’histoire du progrès de la démocratie en profitant de son adresse à la Nation pour rectifier le tir sur les parrainages. Compte tenu de tout cela, ils invitent la majorité à renoncer à ce qu’ils qualifient de «funeste projet de caporalisation des partis et de leur élimination programmée». Par ailleurs, le Psd/Jant-Bi juge malencontreuse la sortie de l’exPremier ministre Aminata Touré à propos du recouvrement supposé de 200 millions dans le cadre de la traque des bine mal acquis. «Le Psd/Jant-Bi se désole de sa pathétique tentative de se repositionner sur l’échiquier politique national, au péril de la paix civile, dans un contexte de volonté de dialogue national et de concertation sur le processus électoral. A force d’allumer des feux qu’elle ne parvient jamais à éteindre, elle finira par se bruler les doigts, sans que les questions essentielles ne trouvent jamais de réponses crédibles. Qui a payé ? Et où est passé l’argent ? Elle ne répondra sans doute jamais à ces interrogations. Alors pourquoi a-t-elle raté cette belle occasion de se taire ? Simplement parce qu’elle n’a pas l’intelligence des situations», martèlent Mamour Cissé et ses camarades.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.